FAV 2020-2021     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications             


LES PLIS DE LA MÉMOIRE
Atelier L2 - Julie de Legge & Pierre Lelièvre
Paris // France

Atelier L2 est né de la volonté de deux architectes, Julie de Legge et Pierre Lelièvre, de partager leur vision et leur démarche autour du projet. Leurs parcours se sont croisés lors de collaborations en agences. Après ces nombreuses expériences qui leur ont permis d’acquérir le savoir-faire nécessaire à l’élaboration et à la gestion d’importants projets, ils ont souhaités créer un atelier pluridisciplinaire au sein duquel se mêlent architecture, scénographie et photographie. Portés par le désir de proposer des mondes poétiques imaginés pour l’individu et de concevoir des lieux qui épousent leurs territoires et leurs fonctions, ils souhaitent construire des espaces qui accueillent différemment leurs usagers, prenant en compte le corps, ses désirs et ses mouvements.

L’Atelier L2 arose from the will of two architects, Julie Legge and Pierre Lelièvre, to share their vision and approach around the project. Their paths have crossed in agencies collaborations. After these many experiences that have enabled them to acquire the necessary knowledges in the development and management of major projects, they wished to create a multidisciplinary studio in which mingle architecture, scenography and photography. Driven by the desire to offer poetic worlds imagined for the individual and to design places that marry their territories and their functions. They want to build spaces that accommodate their users differently, taking into account the body, its desires and movements.


Le souvenir surgit par un détail, une image cachée dans les replis de la mémoire, comme un écho au palimpseste urbain qui efface les lieux et nous les montre chaque fois. C’est par la magie de l’imagination que notre regard nous offre une vision réinventée des paysages urbains. Le dispositif est pensé comme un dialogue où chacun se révèle par la présence de l’autre. L’installation joue avec le lieu et ses façades, qui se révèlent, se transforment et disparaissent dans les plis du nouvel espace créé. Les souvenirs, comme les reflets, se jouent de nous, jouent à cache-cache, et vont se lover dans le labyrinthe de nos émotions au cœur des plis du dispositif ; espace dans lequel on se faufile pour trouver le plaisir d’être là. Disséminées dans la cour de l’église Saint-Augustin, cinq alcôves colorées forment un parcours dans laquelle le contexte s’expose métamorphosé et l’espace se dérobe au regard.

The memory arises through a detail, an image hidden in the folds of memory, like an echo in urban palimpsest that clears the scene and we watch every time. This is the magic of imagination that our eyes gives us a vision reinvented urban landscapes. The device is designed as a dialogue in which each is revealed by the presence of the other. The installation plays with the place and its facades, which prove, turn and disappear into the folds of the new space created. Memories, such as glare, to play us, play hide and seek, and will curl up in the maze of emotions in the heart of the device folds, space in which to find sneaks pleasure to be there. Scattered in the courtyard of Saint Augustin Church, five colored alcoves form a path in which the context and exposes transformed space is hidden from view.