FAV 2022     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications  -   Collaborations           


ByebyeBalloon
SHALUMO - SAMUEL BERTHOMEAU & LUCIE MOTHES
Bordeaux // France

Deux architectes se rencontrent sur les bancs de l’Ensap de Bordeaux dont ils sortent diplômés en 2007. Après des expériences parisiennes chez Jakob+MacFarlane, PaulAndreu ou encore PatrickMauger, ils se retrouvent chez BrochetLajusPueyo à Bordeaux. Ces expériences leur permettent de plancher sur des projets de toutes sortes. De la maison individuelle à la commande institutionnelle, de l’équipement sportif à la salle de spectacle, du réaménagement de bâtiment historique aux opérations urbaines de grande échelle, leurs horizons ne cessent de s’élargir. Ils décident de s’associer en 2011 dans le cadre du Festival des Architectures Vives. Entre contrainte de ce qui est et dessin du paysage à venir, entre le bâtiment qui doit exister en se faisant presque oublier et celui qui doit devenir le coeur d’un nouvel environnement, l’imagination doit nécessairement se déployer. Comme elle peut se déployer dans une cour, un espace fortement balisé mais lieu ouvert, propice aux surprises.

Two architects meet on the benches of Ensap of Bordeaux of which they go out awarded a diploma in 2007. After Parisian experiences at Jakob+MacFarlane, PaulAndreu or still PatrickMauger, they meet at BrochetLajusPueyo in Bordeaux. These experiences allow them to work on projects of all kinds. From the institutional individual house, the sports equipment in the room of show, the reorganization of historic building in the urban operations of large scale, their horizons do not stop widening. They decide to join in 2011 within the framework of the Festival of the Lively Architectures. Between constraint of what is and drawing of the landscape to come, enter the building which has to exist being almost forgot and the one who has to become the heart of a new environment, the imagination inevitably has to spread. As she can deploy in a yard, a strongly marked out space but an opened place, convenient to the surprises.



C’est avec l’idée de pluralité et de désir de partager qu’intervient la surprise dans « ByeByeBalloon », en faisant participer le visiteur en tant qu’acteur de l’installation. Il y a interaction directe entre le lieu existant, la création et le spectateur puisque ce dernier est maître de sa contribution au dialogue commun impliquant le résultat final. Le processus évolutif induit par les interventions progressives permet à l’œuvre d’évoluer d’heure en heure, de jour en jour et des visites à intervalles de temps espacés entrainent la surprise d’une perception à chaque fois différente de l’installation et de l’espace de la cour. Cette démarche sensibilise à une architecture participative en rassemblant les usagers autour d’un même projet, l’architecte n’étant qu’un conseiller, ici metteur en scène de la situation initiale puis observateur. C’est aussi l’intérêt pour un processus global, inscrit dans la durée et envisageable mais non prévisible, qui porte ce projet. Il est conditionné par l’intervention humaine et laisse place à la surprise, la spontanéité, l’inconnu, que ce soit pour le visiteur, mais aussi pour les concepteurs du projet n’ayant aucune emprise sur l’évolution de la structure au fil des jours. Le premier objectif de cette installation est d’occuper la cour dans tout son volume. Un socle travaillé en trois dimensions, réinterprétation de la cour pavée, propose différents parcours en périphérie mais aussi en son cœur même. Puis une forêt d’éléments suspendus surplombe le socle comme une nappe flottante, une cinquième façade. Le dispositif permet un dialogue continu entre le visiteur, le bâtiment existant et le ciel au travers de différents filtres. L’installation stimule les sens et multiplie les expériences. Le visiteur la pratique en mouvement, en statique, en contre plongée depuis la cour, en plongée depuis le 2nd étage. Il est amené à interagir sur l’installation en détachant et en s’appropriant un des éléments architecturaux ou simplement en le libérant, à certains moments de la journée. Le visiteur est donc actif puis passif et observateur. Il dégage son propre espace dans lequel il va pouvoir avancer, s’asseoir, s’allonger et découvre la partie haute de la cour au fur et à mesure du délitement de l’installation.

It is with the idea of plurality and desire to divide that the surprise in “ByeByeBalloon intervenes”, while making take part the visitor as an actor of the installation. There is direct interaction between the existing place, creation and the spectator since this last is Master of its contribution to the common dialogue implying the final result. The evolutionary process induced by the progressive interventions makes it possible work to evolve of hour in hour, of day in day and the visits with spaced time intervals involve the surprise of a perception each time different from the installation and space of the court. This approach sensitizes with a participative architecture by gathering the users around the same project, the architect being only one to advise, here director of the initial situation then observant. It is also the interest for a process total, registered in the duration and possible but nonforeseeable, which carries this project. It is conditioned by the human intervention and leaves room to the surprise, spontaneousness, the unknown, that it is for the visitor, but also for the originators of the project not having any influence on the evolution of the structure with the passing days. The primary goal of this installation is to occupy the court in all its volume. A base worked in three dimensions, reinterpretation of the paved yard, proposes various courses in periphery but also in its heart even. Then a forest of suspended elements overhangs the base like a floating tablecloth, a fifth frontage. The device allows a continuous dialogue between the visitor, the existing building and the sky through various filters. The installation stimulates the directions and multiplies the experiments. The visitor practice moving, statics, against diving since the court, diving since the 2nd stage. It is brought to interact on the installation while detaching and by adapting one of the architectural elements or simply by releasing it, at certain moments of the day. The visitor is thus active then passive and observant. He releases his own space in which he will be able to advance, to sit down, lengthen and discover the high part of the courtyard as délitement of the installation.