FAV 2020-2021     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications             


PHOTO SOUVENIR
Camille Saucereau & Alice Foulon
Paris // France - Bruxelles // Belgique

Camille Saucereau et Alice Foulon sont deux jeunes architectes diplômées de l’école nationale d’architecture de Bretagne, respectivement basée à Paris et Bruxelles, qui développent leur envie de création à la suite de voyages et de découvertes en commun. Réunies par un goût pour l’expression artistique dans toute sa diversité, elles aspirent à une pratique ouverte de l’architecture à la croisée de l’installation, du design et du paysage. Marquées chacune par leur année d’échange universitaire – Camille à la faculté d’architecture et d’urbanisme ainsi qu’aux Beaux-Arts de Rio de Janeiro, Alice à l’université technique de Berlin – elles enrichissent leur approche d’expériences de scénographie, de danse contemporaine et de performances artistiques. Sensibles aux qualités des lieux et à leurs histoires, elles cherchent avant tout à les révéler dans une économie de moyens, et au travers d’une expression minimale et poétique.

Camille Saucereau and Alice Foulon are two young architects, respectively based in Paris and Bruxelles. Having graduated from the School of Architecture of Britany, Camille and Alice began to develop and refine their interests and architectural ambitions around ideas of movement, migration and travel. These ideas were further broadened by student exchange programmes – Camille at the University of Architecture and Urbanism and at the School of Fine Arts in Rio de Janeiro, and Alice at the Technical University of Berlin – where they were exposed to and influenced by scenography, contemporary dance and art performances. Camille and Alice propose a project that is sensitive to the quality of both place and history, expressed through minimal and poetic gestures. Together they aspire to an open practice of architecture that establishes itself at the crossroads of installation, design and landscape.



La Grande Motte, ses bâtiments pyramides, son mobilier urbain sculptural et ses dunes constituent un tout organique chargé de l’imaginaire des vacances à la plage. Cet univers nous amène vers l’idée de la photo souvenir : le thème du temps est ici évoqué au travers de dix vues cadrées sur le site comme autant d’instantanés de voyage, d’invitation au souvenir, à la rêverie. Une ligne noire court au sol, installant sur l’esplanade une ligne discontinue, hésitante, qui accompagne l’idée de la flânerie en bord de mer. Celle-ci se soulève à dix reprises pour devenir le support de cadres, qui de nuit dessinent dix rectangles de lumière en lévitation. Ainsi, le visiteur n’est plus dans, mais devant une portion du paysage, qui se change en tableau vivant. Les cadres agissent comme des révélateurs du paysage environnant et deviennent le théâtre de jeux, de fictions. Le regard se fait conscient, curieux, renouvelé.

La Grande Motte, are pyramidal buildings, with sculptural urban furniture and dunes that form an entity that evokes the universe of summer holidays. These images lead us to the idea of the souvenir photograph: the theme of time is materialized by ten empty frames that became moving snapshots of the landscape, an invitation to a contemplation and daydream moment. The installation comprises of a black line wavering on the ground, seeming to dawdle on the seaside with the passers. This line rises up ten times to support ten open frames, that draws luminous levitating rectangles by night. Thus, visitors are not within but instead in front of the landscape, that changes it into a living painting. Framing the view is an attempt to bring to light the surrounding landscape, and to provide a minimal theatre area where games can be played and stories can flow freely. The gaze becomes aware, curious, new.