FAV 2020     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications             


PHIL
Cécilia Dussaby, Sophie Merigny et Julien Theillet
Montpellier // France
Pour cette édition du festival de la Grande Motte, PHIL - Paysage Hydride Interactif Local - intègre la notion d’hybridation entre architecture et paysage qui prend place à l’échelle urbaine. Dans ce contexte patrimonial emblématique, la question de l’innovation est interrogée à travers deux axes majeurs. Le projet rend d’abord un hommage aux formes et archétypes urbains et architecturaux particulièrement identitaires de la ville, fruit de la vision innovante portée par Jean Balladur dans les années 1960. PHIL propose une seconde réflexion plus poétique autour du sujet en question. L’innovation peut être considérée comme l’aboutissement d’une multitude de cheminements, de lignes à emprunter, à questionner, à confronter (entre elles, avec leur environnement). Certaines parfois plus lumineuses se révèlent alors à la nuit tombée et trouvent écho dans leur environnement. D’arche en arche, les vibrations tactiles du tissage réinterprètent à échelle réduite la « skyline » caractéristique de la ville et livrent au public une expérience à la fois corporelle, sensorielle et visuelle qui peut être parcourue, pratiquée, contemplée.

For this FAV edition in La Grande Motte, PHIL – Paysage Hybride Interactif Local - is using an hybrid concept gathering architecture and landscape and conceived on a urban scale. In this iconic heritage context, innovation is a main focus, therefore two major axes are explored. The project first honors forms of the city, but also its specific urban and architectural identity, through an innovative vision originally conducted by Jean Balladur in 1960. On the other hand, PHIL offers a more poetic reflection of the project through this idea that innovation can be seen as the culmination of a multitude of paths, of lines to be taken, to be questioned and confronted - with their environment of course, but also between them. According to that idea, some of them brighter than others, can reveal themselves at nights and have an echo in their environment. From an arch to another, weaving tactiles’ vibrations reinterpret on a reduce scale the city’s characteristic skyline and delivers a physical, sensorial, and visual experience which can be covered practiced and contemplated.





Cécilia Dussaby et Sophie Merigny ont respectivement intégré l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier en 2009 et 2010, Julien Theillet a quant à lui intégré l’ENSAM antenne de la réunion en 2009 pour ensuite rejoindre Montpellier dans le cadre de son Master en 2013. Du travail en groupe au travail personnel, de la vision urbaine jusqu’au détail architectural, ces trois jeunes architectes ont su développer au fil de leurs dernières années d’études (et au-delà) une cohésion de groupe stimulante qui les poussa à se retrouver après leur diplôme obtenu en Juillet 2015 à l’occasion du Festival des Architectures Vives

Cecilia Dussaby & Sophie Merigny respectively joined the Montpellier’s National School of Architecture - ENSAM - in 2009 and 2010, while Julien Theillet integrated ENSAM’s Reunion Island’s branch in 2009 and then joined Montpellier in 2013 for his master’s degree. They met each other during their master at the school of architecture. From group work to the individual one, from urban planning to architectural details, these three young architects succeeded to develop over their final years of study (and beyond) a stimulating group cohesion which led them, after obtaining their diploma in July 2015, to collaborate on the occasion of the « Festival des Architectures Vives ».