FAV 2020     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications             


NOfish
Metrotope : Julien Plessis

Montrouge // France
 

Architecte mais aussi designer, ma pratique m’amène à réfléchir à des échelles variées : de l’objet au lieu, en passant par l’architecture. Travaillant en parallèle sur des projets très concrets (immeubles de bureaux, logements, équipements, …) mais aussi sur d’autres plus libres (concours ouverts, installations artistiques), mon regard s’enrichit de cette pratique bi-polaire qui participe à la construction d’un langage architectural singulier. Pour moi le projet s'élabore sans dogme ni stratégie préétablie, alimenté par des allers retours constants entre le dessin, la maquette et l’image. L’architecture naît ici du rapport qu’elle entretient avec son contexte, visant à créer un nouvel équilibre: une réalité augmentée. Ma pratique vise ainsi l’innovation par la création de lieux inédits, à la fois poétiques et riches de sens. C’est dans cette optique d’un projet sensible et engagé, que je participe à nouveau au Festival des Architectures Vives, afin de partager les préoccupations environnementales qui sont aujourd’hui au centre de ma réflexion sur l’architecture et la ville.

Architect but also designer, my practice leads me to reflect on various scales: from the object to the place, through the architecture. Working in parallel on very concrete projects (office buildings, housing, equipment, ...) but also on other more free (open competitions, art installations), my glance is enriched by this bi-polar practice which participates in the construction of a singular architectural language. For me the project is developed without dogma or pre-established strategy, fed by constant back and forth between the drawing, the model and the image. Architecture is born here from the relationship it has with its context, aiming to create a new equilibrium: an augmented reality. My practice aims at innovation through the creation of new places, both poetic and rich in meaning. It is in this perspective of a sensitive and committed project, that I participate again in the Festival of Architectures Vives, in order to share the environmental concerns which are today at the center of my reflection on the architecture and the city.



"NOfish" fait écho à "Goldfish", installation réalisée pour le Festival des Architectures Vives en 2015. Si Goldfish était un contrepied au thème de la dixième, célébrant le temps qui reste plutôt que le temps qui passe ; NOfish joue également la pirouette exprimant non pas directement l’idée de beauté, mais l’idée de sa disparition.
C’est ici la vaste pollution des océans par le plastique qui est visée, l’installation faisant écho à l’image d’Épinal de poissons autopsiés, l’estomac rempli des déchets plastiques. Dans l’installation, la vie marine s’exprime par l’intermédiaire d’un poisson géant en origami de papier doré, refluant mille balles de plastique noir. Ici le poisson nous rend le “cadeau” que nous lui avons fait à travers une mer de plastique qu’il déverse dans la cour. Accident pétrolier ou pollution au plastique (ce qui n’est finalement que le même produit sous une autre forme), l’installation est l’expression d’une beauté et d’une richesse mise à mal par notre activité.

"NOfish" is intended as an echo of "Goldfish," an installation for the Festival des Architectures Vives in 2015. If “Goldfish” was a counterpoint to the theme of the tenth festival, celebrating the time that remains rather than the time that passes, NOfish is also a couterpoint, not expressing beauty but its disappearance. With plastic’s vast pollution of the oceans as the focus, the installation conjures an Épinal print of an autopsied fish, whose stomach is filled with plastic waste. In the installation, marine life is displayed through a giant gold paper origami fish, swimming in a thousand balls of black plastic. Here the fish gives us back the "gift" we forced on it: it dumps a sea of plastic into the courtyard. Whether an oil accident or polluted plastics (which are ultimately the same products in different forms), the installation expresses beauty and wealth, which are undermined by human activity.