FAV 2020     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications             


La tête dans les nuages
Sara de GOUY & Nelly REVIRIOT
Lyon // France


L’installation agit comme un révélateur par une transformation de la perception habituelle du lieu. Différentes strates de motifs oniriques sont suspendues à plusieurs niveaux, perturbant ainsi le classicisme de cette architecture patrimoniale. Par leur couleur, leur transparence, leur forme, ces objets animent l’espace au rythme de la course du soleil. À la manière d’un filtre solaire les éléments suspendus adoucissent ou révèlent l’intensité lumineuse, la cour devient un espace à part entière dans la ville, sorte d’oasis urbaine, fraîche et reposante. Au sol un miroir d’eau se fait l’écran de se qui se passe au-dessus de nos têtes. Ainsi l’installation devient une sorte de fabrique d’images éphémères créés par les reflets, les zones d’ombre et de lumière. Ces images interagissent avec des évènements ordinaires poétiques tels que le passage d’un nuage, le vol d’un d’oiseau, ou la couleur du ciel. L’usager, spectateur est aussi amené à animer la scène: il est invité à faire naviguer des bateaux de papier perturbant ainsi l’image reflétée. De cette interaction entre graphisme et architecture naît un espace propice à la rêverie et à l’imagination.

The installation acts as a revelation thanks to a transformation of the usual perception of the place. Different strata of dreamlike motives are suspended from several levels, so disrupting with the classicism of this heritage. Thanks totheir colour, their opacity, their shape, these objects live up the space according the rhythm of the sun. In the style of a solar filter the suspended elements ease or reveal the luminous intensity, the courtyard becomes a separate space in the city, goes out of urban, cool oasis and restful. On the ground a mirror of water is set as a screen of what happen over our heads. So the installation becomes sort of factory of short-lived images created by the reflections, the shadows and lights. These images interact with poetic common events such as the passage of a cloud, birds flying, or the colour of the sky. The user, the spectator is also asked to animate the scene: Visitors are invited to play with paper boats altering the mirror image. Of this interaction between graphics and architecture is born a space convenient to the musing and to the imagination.