FAV 2023     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications  -   Collaborations  -  MedI-FAV         


ICEBERG
[c]cut architectures : Benjamin CLARENS & Yann MARTIN
Paris // France

CUT architectures (association de Benjamin Clarens et Yann Martin) ambitionne de considérer les problématiques générées par des opérations à dif¬férentes échelles (urbaine, architecturale, paysagère, design, installations); comme autant d’opportunités de pouvoir offrir des alternatives en réaction aux idées reçues, sus-citées par des systèmes instaurés, considérés comme immuables. A ce titre, CUT architectures reste convaincu de l’importance de la croisée des spécialités dans l’élaboration même de ses projets. Le processus hybride instauré tente ainsi de multiplier les points de convergences entre différentes disciplines et accorde à ce titre autant d’importance aux projets de petite échelle (objet) qu’aux projets de grande échelle (urbain) et à leurs problématiques connexes.

«J’aime beaucoup ce mot CUT parce que ça veut bien dire ce que ça veut dire…» Sonia Rykiel France Inter / 06/12/2005


CUT architectures (association of Benjamin Clarens and Yann Martin) aspires to consider problems generated by operations at different scales (urban, architectural, landscape, design, installations); as various opportunities that are able to offer alternatives in reaction to the successful ideas, aroused by established systems, considered as unchanging. As such, CUT architectures remains convinced of the importance of the crossing of the specialities in the elaboration of their projects. The established hybrid process so tries to multiply the points of convergences between various disciplines and grants as such as much importance for the projects of small scale (object) as for the projects of a larger scale (urban) and in their related problems.

"I fancy this word CUT, because it does exactly means what it means…" Sonia Rykiel / France Inter / 06/12/2005


Un iceberg, une cellule de fraîcheur curieusement échouée dans une cour au début de l’été. Sa forme minérale développe des facettes immaculées invitant le visiteur à s’approcher de l’iceberg, le contourner pour saisir sa singulière géométrie. Par l’une de ses extrémités, le visiteur peut s’immiscer à l’intérieur de l’iceberg et entrer dans un espace confiné et frais où résonne le souffle d’une tempête de neige polaire. Il reste un instant dans ce microclimat inversé puis ressort dans l’atmosphère estivale de la ville. A l’extérieur, la peau de l’iceberg est un géotextile à l’aspect duveteux et réfléchissant la lumière à la manière de la neige poudreuse et est composé d’une grille polypropylène noire à l’intérieur assurant la stabilité de l’ensemble. Un ventilateur est intégré derrière une paroi ajourée au fond de l’iceberg de sorte à générer un souffle d’air faisant écho à l’enregistrement audio d’une tempête de neige diffusé dans le volume.

Amazingly an iceberg, a cell of freshness failed in a courtyard as summer started. Its mineral form develops immaculate facets inviting visitors to approach the iceberg, to circumvent it to seize its singular geometry. By one of his ends, visitors can get into the iceberg and find a confined space and expense where the breath of a polar snowstorm can be heard. Visitors stay a while into this reversed microclimate then arise in the summer atmosphere of the city again. Outside, the skin of the iceberg is made of geotextile with softness aspect and thinking the light of the manner of snow powder and is composed of a black polypropylene grid inside ensuring the stability of the unit. A fan is integrated behind an openwork wall into the bottom of the iceberg of kind to generate an air blast echoing the audio recording of a snowstorm diffused in volume.