FAV 2020     -      Editions précédentes    -    A propos     -     Scolaire      -    Publications             


Dessine moi un horizon
L'Atelier Sauvage - Mélanie Metier et Chloé Mariey 
Varennes-sur-Usson / Lille // France
La promenade du front de mer prend peu à peu des allures d’école. Comme sur un grand tableau transparent, de curieux dessins prennent forme. Ici, pas d’exercice imposé, mais l’horizon comme page blanche. Un enfant dessine un bateau qui part à la découverte de terres lointaines, une jeune femme esquisse la silhouette d’une ville flottante imaginaire. Là, c’est un horizon venu d’ailleurs que l’on imagine au loin. Un crayon à la main, l’immensité de la mer sous les doigts, l’imagination se déclenche, les rêves se dessinent. A la manière de Jean Balladur qui imagina La Grande Motte sous la forme d’une skyline rythmée depuis la mer, l'installation éveille la créativité du passant : sur la ligne vierge de l’horizon, il interroge son regard, ré-invente son environnement. Face à la mer, les dessins se confrontent, se mélangent pour ne plus former qu’un.

By and by, the sea front reminds one of a classroom. Curious shapes appear on large transparent panels. No compulsory blackboard exercise here, but the horizon as a large blank page. A child draws a boat on her way to faraway lands, a young lady outlines an imaginary floating city. Here, we can imagine another horizon. Pencil in hand, the endless sea at our fingertips, we let imagination soar and dreams take shape. Jean Balladur imagined the Grande Motte as a rhythmic skyline viewed from the sea; similarly, the passersby feel creative in front of the panels: gazing over the empty horizon, they re-invent their environment. Overlooking the sea, sketches and outlines overlap, resulting in a unique drawing.




S’il a choisi pour port d’attache un petit hameau d’Auvergne, l’Atelier Sauvage est curieux, mobile, parfois vagabond, il voyage et s’installe un temps donné sur les lieux où il est amené à développer sa réflexion. Considérant l’architecture comme un art du quotidien, au service du social, nous défendons une pratique enthousiaste, généreuse et colorée de notre métier, en réponse à un espace urbain de plus en plus hostile. De l’échelle du mobilier à celle d’un territoire, nous expérimentons au travers de nos projets de nouvelles formes d’habiter et de vivre ensemble. Architectes, mais aussi passionnées par les arts graphiques et les arts du spectacle, nous éprouvons, au fil des projets, les passerelles possibles entre différentes disciplines. En imaginant nos projets sous forme d’ambiances et d’atmosphères, nous souhaitons rendre manifeste l’expérience poly-sensorielle de l’espace, du territoire jusqu’au toucher sous les doig

The “Atelier Sauvage” is set up in a hamlet in Auvergne, but the studio is curious and mobile. We travel and settle for a while in the places where we study and work. We consider architecture an everyday-life art, focused on social issues. We defend an enthusiastic, generous and colourful way of plying our trade, opposing the growing hostility of urban spaces. In our projects, ranging in scale from furniture to landscape, we experiment new ways of living together.
We are architects, but we also have a passion for the graphic and performing arts, and try to establish links between those various fields. We imagine our projects as ambiances and atmospheres, and aim to show that space is a multi-sensorial experience, from the perception of a landscape to the sense of touch.